HEALING HAKU – Ressusciter Haku – est un projet fondé pour soutenir les habitants de Haku. Leur vie s’est effondrée le 25 avril 2015 lors d’un énorme tremblement de terre atteignant 7,9 sur l’échelle de Richter, suivi d’autres secousses dévastatrices qui ont frappé le Népal : 6,9 le 26 avril et 7,4 le 12 mai, ainsi que 400 autres répliques de moindre amplitude, qui ont provoqué des pertes humaines et matérielles sans précédent.
Ces moments d’apocalypse ont infligé de multiples blessures au Népal car des milliers de personnes sont mortes et des millions sont restés sans abri.
Le village de Haku est parmi ceux qui ont le plus souffert.

 

LOGO final

La couleur brune est réputée amicale quoique sérieuse, terre-à-terre et associée à la sécurité, la protection, le confort et le bien-être matériel. C’est pourquoi nous l’avons choisie pour refléter ces vraies valeurs qui nous guident dans ce projet, qui sont devenues notre philosophie et notre but : aider les villageois de Haku à retrouver leur sécurité, leur confort et leur bien-être matériel et ainsi relancer la vie économique et sociale de leur village.

 

Notre approche pour aider les victimes du tremblement de terre en respectant leur dignité – et nous y avons toujours été fidèles – consiste à leur fournir la canne à pêche plutôt que le poisson – des outils d’auto-assistance au lieu de solutions toutes faites qui, au fil du temps, font de gens parfaitement capables, habiles et fiers des assistés passifs. Ce qu’il leur faut, ce sont des opportunités de rétablir l’indépendance financière dont ils jouissaient auparavant.


Haku est un village à flanc de colline, à quatre heures de marche de Dhunche, dans le district de Rasuwa, dans le nord du Népal (dans notre logo, le drapeau indique l’emplacement du village). C’est le plus éloigné et le plus difficile d’accès des localités du district, ce qui rend encore plus sévère le défi de sa reconstruction.


Les habitants de Haku appartiennent au groupe ethnique des Tamangs, 718 familles au total, plus de 3200 personnes qui, sous les glissements de terrain provoqués par la secousse sismique, ont tout perdu : leurs proches – 58 morts, leurs maisons – 95% des bâtiments privés et publics entièrement détruits, leurs propriétés, récoltes et terrains agricoles – principales sources de revenu pour la majorité des habitants.

La plus grande partie de la surface du village n’est plus habitable et, vu le risque très élevé de nouveaux glissements de terrain, les gens ont été relogés dans des camps installés dans trois districts différents où, au cours d’une année extrêmement difficile, ils ont attendu une aide quelconque du gouvernement. En vain.

Having lost their self-reliance, the villagers ramain in dire need of any kind of support and depended on external help.


Comme le gouvernement n’a désigné aucun endroit convenable où ils pourraient être réimplantés en permanence, ces gens ont récemment commencé à retourner vers leur pays, abandonnant leurs tentes pour régulièrement s’installer dans les zones proches de leur village d’origine dévasté, sur les collines où ils sont nés et ont grandi, aux endroits les plus sûrs possibles. Après plus d’un an de vie de réfugiés, leur désir est d’échapper à ce provisoire qui, sinon, deviendra permanent.


L’aide que nous avons apportée jusqu’à présent aux gens de Haku a été divisée en trois phases. Chacune fournit le genre d’assistance requis selon les besoins particuliers du moment et correspondait aux changements de priorité.

Chacune des initiatives à prendre dans le cadre du Projet Healing Haku est discutée à fond par notre équipe, en consultation avec les habitants de Haku, de façon à répondre à leurs besoins de la façon la plus sage et la plus efficace. Nous sommes en relation constante avec les villageois de Haku, ce qui nous aide à mieux comprendre les défis et la complexité de leur situation ainsi que leurs besoins.


Dans le même temps que nous menons les programmes à bien à tous les stades –sauvetage, secours, réorganisation, reconstruction – nous avons fait prendre conscience aux médias et à d’autres instances de la situation dans laquelle Haku en particulier et le Népal en général se trouvent après la tragédie.